Au retour de l’école, au début de l’année 2015, la mère de Breanna Bogucki a fait jouer une chanson du groupe rock O.A.R. dans la voiture.

« Les connais-tu? », a demandé Mary Ellen Bogucki à sa fille de 17 ans, qui a hoché un oui. « Et Cody Simpson? » Un autre hochement. « Eh bien! Coca-Cola t’a invitée à enregistrer une chanson avec eux pour les Jeux olympiques spéciaux mondiaux. »

Pour Breanna, une chanteuse talentueuse, connue sous le nom de Bree, cette offre était un rêve devenu réalité. Souffrant d’autisme depuis la naissance, Breanna a participé à neuf championnats d’État consécutifs d’Olympiques spéciaux.

En mars, Bree s’est envolée vers Los Angeles, où elle a rencontré le chanteur d’O.A.R., Mar Roberge, le chanteur pop australien, Cody Simpson, et Madison Tevlin, une jeune de 13 ans de la région de Toronto souffrant de trisomie, qui est devenue une sensation sur YouTube. Ils ont fait équipe pour enregistrer « Reach Up », un hymne encourageant les gens, peu importe leurs capacités, à ne jamais laisser tomber.

Écoutez-la sur Spotify, ici, ou regardez la vidéo ci-dessous.



Roberge, qui a écrit la chanson avec Nathan Chapman et Kevin Kadish, s’est inspiré de la reprise de la chanson « All of Me » de John Legend par Tevlin, qui a été vue près de 8 millions de fois sur YouTube.

« Pour moi, ça couvrait tellement des choses qui font que j’aime écrire et enregistrer des chansons, a dit Roberge, dont un membre de la famille souffre de trisomie. C’était une évidence et un défi excitant de créer une chanson qui nous permettrait de réaliser tant de choses. »

La première chanson de l’album The Rockville LP de O.A.R., paru en 2014, a servi de base pour la chanson « Reach Up ». Le concept de la chanson s’inspire des Special Olympics Unified Sports – un programme qui rassemble les athlètes avec et sans déficience intellectuelle afin qu’ils jouent dans la même équipe.

« Lorsqu’ils m’ont décrit ce qu’ils recherchaient pour “Reach Up”, j’ai senti que la musique de “Two Hands Up” était parfaite, a déclaré Roberge, mais les paroles devaient être réécrites. »

Pendant les premières étapes de la réécriture des paroles, la femme de Roberge lui a offert de très bons conseils. « Elle ne cessait de me dire : “N’écris pas une chanson pour les Jeux olympiques spéciaux… écris-la pour Madison, Bree, toi et Cody. Écris quelque chose qui te rendra heureux et qui inspirera les autres.” Ça a été un moment décisif, parce que j’ai réalisé que si je projetais quelque chose d’honnête, les autres le recevraient ainsi. »



Une fois dans le studio, tout a cliqué pour le groupe. Leurs personnalités étaient totalement compatibles et, même musicalement, les artistes se sont bien unis, chaque membre apportant sa propre touche à la chanson.

« Nous lui avons donné une forme et une réalité différente, a souligné Roberge. Ce qui a commencé à Nashville avec O.A.R. a repris vie avec Madison, Bree et Cody à L. A. »

Madison a demandé à enregistrer sa portion en premier. Elle était nerveuse, mais ses collaborateurs – et sa mère – l’ont rapidement mise à son aise, ce qui lui a permis de s’ouvrir et de chanter.

« Je me rappelle que sa mère a dit, “Madison, soit simplement toi-même”, s’est souvenu Roberge. “Amuse-toi et fais-le comme tu le ferais à la maison.” Après ça, elle semblait ne même plus remarquer le micro devant elle… elle chantait pour le plaisir de chanter. Je me souviens de l’avoir regardée et de sourire sans pouvoir m’en empêcher. À la fin de la journée, j’en avais mal aux joues. J’avais l’impression de célébrer l’Action de grâce. »



Tevlin, qui suit des cours de chant auprès d’un coach vocal, a grandi dans un environnement musical très positif. Elle a dit qu’elle chante pour « montrer au monde qui [je suis] vraiment ».

« La musique me rend heureuse, a-t-elle ajouté. Pour moi, la musique, c’est l’amour, la vie et la famille. Je veux encourager tout le monde à croire qu’on peut réaliser nos rêves. »

Bree et Madison sont rapidement devenues amies, et c’est leur vision positive et rayonnante qui a poussé l’équipe à travers les journées les plus difficiles en studio.

« Sans Bree ou Madison, il n’y aurait pas de “Reach Up”, a souligné Roberge. Lorsque la fatigue se faisait sentir, Madison faisait quelque chose pour nous faire sourire et nous encourager à continuer. Et Bree est une personne tellement positive, qui est prête à relever tous les défis et souhaite participer à quelque chose de plus grand qu’elle. »

Lorsqu’on lui a demandé ce qu’elle voyait comme message dans la chanson “Reach Up”, Bree a dit : « Ne laissez jamais personne vous dire que vous ne pouvez pas réaliser quelque chose. Allez plus loin et prouvez à tout le monde que vous pouvez y arriver. »

Mary Ellen Bogucki, la mère de Bree, reconnaît la grande influence d’Olympiques spéciaux, qui a permis à Bree de prendre confiance en elle et qui l’a accueilli au sein d’une communauté ouverte et aimante d’amis et partisans. Avant, Bree ne passait pas beaucoup de temps à l’extérieur de la maison, en raison d’un problème sensoriel, mais tout ça a changé lorsqu’elle s’est jointe à Olympiques spéciaux, à l’âge de 9 ans.

« En découvrant que notre enfant souffre d’autisme, notre premier réflexe est de tenter de le protéger, mais c’est en fait la pire chose à faire, a dit Mary Ellen. Nous avons réalisé que nous devions constamment la confronter à de nouveaux défis afin qu’elle puisse croître. Olympiques spéciaux a littéralement changé sa vie. »

Les Boguckis étaient obnubilés après avoir assisté à leur première compétition d’Olympiques spéciaux en famille : « Il est impossible de ne pas être heureux lors d’un événement d’Olympiques spéciaux, a déclaré Mary Ellen. C’est le seul endroit et le seul moment où votre enfant ne sera pas jugé. »

Tout le groupe est retourné à Los Angeles, le 25 juin, pour performer « Reach Up » aux Jeux olympiques spéciaux mondiaux – le plus grand rassemblement dans la ville depuis les Jeux olympiques de 1984. Plus de 7 000 athlètes de 177 pays ont participé aux Jeux, qui ont attiré plus de 400 000 spectateurs.

« Lorsqu’on voit des montages des athlètes d’Olympiques spéciaux, leurs mains sont souvent levées… ils célèbrent, a dit Roberge. Nous voulons nous assurer que tout le monde identifie notre chanson à cette image et à ces athlètes inspirants, qui affrontent les défis de plein front et les surmontent avec joie, espoir et sens de la réussite. »

The Coca-Cola Company est partenaire fondateur et commanditaire mondial d’Olympiques spéciaux. Depuis 1968 – l’année de la création d’Olympiques spéciaux –, l’entreprise a maintenu son engagement envers l’organisme et a fourni plus de 190 millions de dollars pour soutenir ses programmes, par le biais de produits, d’équipement, de don et de soutien en marketing.