Connaissez-vous Todd Longley ? Durant le quart de nuit, il s’assure que tout fonctionne bien dans notre entrepôt de Winnipeg. Mais le jour, vous le trouverez le plus souvent sur la rivière Rouge en train de pêcher les énormes poissons-chats qui l’habitent. Connu dans le coin sous le nom du « Pêcheur rock and roll », Todd a servi de guide de pêche à des milliers de visiteurs au fil des ans. Pourtant, ce passionné de pêche à la ligne n’est pas seulement guide : il travaille aussi sans relâche à la promotion de ce sport auprès des jeunes et des familles de Winnipeg. J’ai contacté Todd pour apprendre comment il avait commencé à pêcher et pourquoi ce travail dans sa communauté était si important pour lui.

Comment votre passion pour la pêche a-t-elle commencé ?

J’ai commencé à pêcher à l’âge de 10 ou 11 ans et je n’ai jamais cessé depuis. Dans ce temps-là, je me rendais à la campagne en autobus, je pêchais toute la journée et je revenais à la maison avec le dernier bus. Je faisais le même trajet jour après jour parce que j’adorais ça, mais je ne connaissais personne qui pouvait m’emmener en bateau.

Quand j’ai commencé à travailler pour Coca-Cola, je suis devenu ami avec un gars de l’entrepôt qui possédait son bateau. Ensemble, nous avons appris à pêcher correctement d’un bateau, à combattre les poissons, à les sortir de l’eau sans leur faire de mal et à trouver les meilleurs endroits où jeter l’ancre. J’ai tout de suite aimé pêcher en bateau, et avec le temps je suis devenu assez bon. Alors j’ai commencé à participer à des tournois un peu partout au Manitoba.

Quand est-ce que la pêche a cessé d’être un passe-temps pour devenir une profession ?

J’ai démarré City Cats et je suis devenu guide de pêche en 1999. C’est en participant à des tournois de pêche à la ligne que j’ai pensé à lancer ce service de guide de pêche en milieu urbain. Je trouvais que c’était une bonne idée parce que bien souvent, les gens n’ont tout simplement pas le temps de se déplacer pour aller pêcher. Comme ça, je leur donnais l’occasion de passer un bon moment, de faire un peu de pêche et de revenir à l’hôtel ou à la maison le soir même.

Vous avez d’autres projets que City Cats. À quels types d’œuvres de bienfaisance participez-vous, et comment avez-vous commencé ?

Ça a commencé avec des demandes d’organismes qui voulaient offrir des voyages de pêche pour leurs activités de financement. Ensuite, c’est la ville qui m’a demandé d’emmener des enfants sur mon bateau pour leur apprendre à pêcher dans le cadre d’un camp de pêche. J’ai aussi commencé à proposer des séminaires pour les familles qui voulaient apprendre les notions de base de la pêche : comment lancer la ligne, quels leurres utiliser, etc.

En plus, j’ai aidé à mettre sur pied d’autres projets au fil des années : le tournoi de pêche annuel Generation Next Angler, dans lequel des familles forment des équipes de pêche qui compétitionnent pour gagner des prix, et aussi le Urban Fishing Derby, un autre événement familial qui soutient la fondation Never Alone et le centre Marymound.

Avec mon plus récent projet, Keeping It Reel, quelques amis et moi emmenons un groupe d’enfants handicapés pêcher durant un après-midi. Ce sera la deuxième fois que nous le faisons cette année ; l’an dernier, j’avais rassemblé 10 amis qui ont offert leur temps et leur bateau. À la fin de la journée, nous étions tous très émus – certains presque aux larmes – par tout l’amour et l’enthousiasme que ces enfants avaient à donner. C’est pourquoi, cette année, j’ai demandé à 20 gars de participer !

D’où vient votre énergie pour mener à bien toutes ces activités communautaires ? Ça va plus loin que le simple sens civique…

Pour tout dire, j’ai grandi en plein centre-ville et j’ai connu beaucoup de difficultés lorsque j’étais enfant. Je me suis retrouvé dans un foyer de groupe. Mes parents étaient divorcés et, même si mon père a fait de son mieux, il ne parvenait tout simplement pas à s’occuper de mon frère et de moi. Un dicton me vient à l’esprit : « Montre-moi tes amis, et je te montrerai ton avenir ». Je me tenais avec des jeunes peu recommandables, mais heureusement, je me suis rendu compte à un certain moment que je n’allais pas dans la bonne direction. Je n’aimais pas la façon dont les choses se présentaient, je savais que ça ne me ressemblait pas et que ce n’était pas la vie que je voulais.

Quand j’ai eu 18 ans, j’ai obtenu un emploi à l’entrepôt Coca-Cola ici à Winnipeg, et je n’ai jamais regretté mon choix. Chez Coca-Cola, on a vraiment l’impression de faire partie d’une famille, et ça m’a donné un sentiment d’appartenance à une époque où j’en avais vraiment besoin. Le travail que je fais dans la communauté, c’est très personnel, c’est ma façon à moi de redonner tout ce que j’ai pris durant ma jeunesse. Je ne veux pas voir d’autres enfants grandir comme j’ai grandi. Si je veux intéresser ses enfants à la pêche, c’est dans l’espoir de leur offrir une activité pour les tenir loin des problèmes. Nous avons un dicton à Generation Next Angler : « Une famille qui a du plaisir ensemble demeure ensemble », et je pense que c’est tout à fait vrai.

Normalement, je demande aux gens que je rencontre comment ils transfèrent les habiletés acquises dans leur passe-temps vers leur travail. Mais dans votre cas, je suis curieux de savoir comment le travail chez Coca-Cola influence la pêche.

Je dirais que beaucoup de choses jouent dans les deux sens, mais ce qui est essentiel pour moi, c’est l’éthique de travail. Lorsque j’ai commencé à travailler à l’entrepôt, il fallait trier les bouteilles de verre et prendre les commandes à la main. Nous n’avions même pas de transpalette électrique, de sorte qu’il fallait assembler les commandes en faisant glisser les grosses caisses en bois directement sur le plancher. C’était vraiment fatigant ! Aujourd’hui, dans la pêche, il y a énormément de gadgets conçus pour aider le pêcheur, mais en fin de compte, ça demeure une question de patience, de technique et d’expérience. Durant mes premières années à Coca-Cola, j’ai appris ce que c’était que de travailler dur, et c’est une leçon que je n’ai jamais oubliée.