Chaque année, Coca-Cola Canada arrive à récupérer plus de 70 % de ses bouteilles et canettes. L’entreprise est fière des progrès qu’elle a réalisés jusqu’à maintenant, mais elle demeure bien consciente de l’ampleur du travail qui reste à faire.

Malheureusement, la majeure partie des emballages de plastiques à l’échelle planétaire ne sont pas récupérés adéquatement et envahissent les villes de déchets tout en polluant l’environnement. En réponse au fait que 13 millions de tonnes de déchets de plastique se retrouvent dans l’océan chaque année, les Nations Unies ont décrété que le thème de la Journée mondiale de l’environnement est Combattre la pollution plastique.

The Coca-Cola Company estime depuis longtemps que les pratiques de pérennité sont nécessaires à la réussite des communautés dans lesquelles l’entreprise est présente. L’étape la plus récente dans le cadre de cette stratégie plus importante de prendre de l’expansion avec conscience a été l’annonce de la vision d’un « Monde sans déchets » lancée en janvier. On y retrouvait l’objectif ambitieux d’aider à recueillir et à recycler l’équivalent de chaque bouteille ou canette vendue d’ici 2030.

Cependant, au bout du compte, Coca-Cola n’est pas en mesure de régler seule ce problème monumental. C’est pourquoi il a toujours été question de collaborer avec des partenaires pour trouver des solutions utiles à l’enjeu des déchets de plastique. Sarah Dearman, directrice du programme d’emballage écologique chez Coca-Cola North America, assiste à la conférence Sustainable Brands 2018 à Vancouver cette semaine en vue d’établir une collaboration fructueuse par le biais de l’organisme The Closed Loop Fund.

Lancé en 2014, The Closed Loop Fund a vu se réunir certaines des entreprises de biens de consommation courante les plus importantes au monde – y compris Coca-Cola – pour créer un fonds de 100 millions de dollars afin de dynamiser les efforts locaux de recyclage. En offrant des prêts à faible intérêt ou sans intérêt et une expertise technique, The Closed Loop Fund espère réduire les obstacles financiers et logistiques des administrations municipales pour qu’elles puissent obtenir l’assistance nécessaire au lancement de leurs programmes de recyclage.

Plus tard cet après-midi, Sarah se joindra aux conférenciers de Keurig Green Mountain, d’Unilever et de Johnson & Johnson dans le cadre d’un panel intitulé Behind the Curtain of Corporate Pre-Competitive Partnerships (Dans les coulisses des partenariats d’entreprise préconcurrentiels) pour discuter du soutien à apporter à The Closed Loop Fund. Le panel examinera la réussite de The Closed Loop Fund – qui a déjà versé 25 millions de dollars à 11 projets depuis ses débuts – ainsi que les possibilités d’avenir pour cette solution créative et collaboratrice.