Reconnaissant la menace que présentent les déchets plastiques marins, The Coca-Cola Company s’est jointe à des représentants gouvernementaux et à des leaders de l’industrie du monde entier pour signer la Charte sur les plastiques dans les océans à Halifax.

Initialement adoptée par le Canada, la France, l’Allemagne, l’Italie, le Royaume-Uni et l’Union européenne lors du sommet du G7 de 2018, la Charte sur les plastiques dans les océans appelle les gouvernements, l’industrie et le public à repenser leurs liens avec les plastiques.

Malheureusement, les plastiques sont souvent traités comme des produits à usage unique, de sorte qu’ils sont éliminés de manière inappropriée et nuisible à l’environnement. En préconisant une approche de gestion du cycle de vie pour cette ressource précieuse, la Charte sur les plastiques dans les océans vise à prévenir le gaspillage et à veiller à ce que les plastiques soient conçus pour pouvoir être réutilisés ou recyclés.

« Les défis mondiaux comme de trouver des solutions pour combattre la pollution par le plastique et les déchets marins exigent des mesures vigoureuses de la part des gouvernements, de l’industrie et des entreprises », a dit L’honorable Catherine McKenna, ministre de l’Environnement et du Changement climatique. « En soutenant la Charte sur les plastiques dans les océans, The Coca-Cola Company fait preuve du genre de leadership que le Canada encourage au pays et à travers le monde afin d’assurer aux générations à venir un avenir sain et prospère. »

À titre d’une des premières entreprises à favoriser le recyclage, The Coca-Cola Company travaille avec ses partenaires depuis des décennies à concevoir des emballages plus durables et développer des programmes de recyclage plus efficaces dans le monde entier. En endossant aujourd’hui la Charte sur les plastiques dans les océans, l’entreprise réaffirme son engagement continu à s’attaquer à la question des déchets plastiques grâce à son initiative Un Monde sans déchets.

« La Charte sur les plastiques dans les océans constitue une étape importante dans la lutte contre les problèmes mondiaux liés à l’emballage », a déclaré Bruce Karas, vice-président du développement durable chez Coca-Cola North America. « Chaque jour, des milliers de tonnes de plastique aboutissent dans nos océans. Cette charte nous offre un cadre pour la collaboration future et le développement durable, deux éléments cruciaux si nous voulons réussir à résoudre ce problème important. »

Un Monde sans déchets

Présentée plus tôt cette année par James Quincey, chef de la direction de Coca-Cola, devant le Forum économique mondial, Un Monde sans déchets est une stratégie audacieuse qui conduira l’entreprise à recueillir ou à recycler d’ici 2030 une bouteille ou une canette pour chacune de celles qu’elle vend. En outre, elle vise à offrir des emballages 100 % recyclables d’ici 2025 et à créer des emballages contenant au moins 50 % de matière recyclée d’ici 2030.

Afin d’atteindre ces objectifs ambitieux, Coca-Cola a séparé Un Monde sans déchets en trois piliers principaux : conception, collecte et partenariat.

Conception

La conception, cela signifie investir dans l’innovation pour construire de meilleurs emballages et explorer des solutions de rechange sans emballages pour la livraison des boissons Coca-Cola.

Dans l’esprit de cette approche innovante, The Coca-Cola Company a réalisé cette année plusieurs projets-pilotes de solutions sans emballage. L’un des exemples de cette approche est la station DASANI PureFill installée sur le campus du Georgia Institute of Technology en 2017. Grâce à elle, les étudiants et le personnel peuvent remplir leurs bouteilles d’eau personnelles réutilisables avec de l’eau ultrafiltrée gratuite, avec possibilité d’ajouter des arômes ou de la carbonatation pour une somme modique, réduisant ainsi les déchets.

Collecte

À ce jour, The Coca-Cola Company a investi des centaines de millions de dollars dans des installations de recyclage de pointe et a mis en place des partenariats pour créer des systèmes de récupération plus efficaces dans le monde entier.

Au Canada, Coca-Cola et d’autres membres de l’industrie des boissons ont formé la Canadian Beverage Container Recycling Association (CBCRA) afin de fournir un moyen pratique et efficace de recycler les contenants de boissons au Manitoba. Depuis la création de la CBCRA en 2010, le taux de récupération de la province pour les contenants de boissons est passé de 42 % à 70 % en six ans seulement. Cette augmentation spectaculaire a permis au Manitoba de devenir la collectivité publique s’étant le plus améliorée en matière de récupération des contenants de boissons durant cette période.

Partenariat

Parce qu’il reste encore beaucoup de travail à accomplir, aucune organisation ne peut résoudre à elle seule le problème des déchets de plastique. C’est pourquoi The Coca-Cola Company établit des partenariats avec des organisations issues de pays du monde entier pour aider à éduquer et à informer les consommateurs, ainsi que pour promouvoir et encourager le développement de programmes de prévention des déchets marins.

Depuis 2010, Coca-Cola Canada soutient le Grand nettoyage des rivages canadiens organisé par Ocean Wise et le WWF-Canada. Cet événement annuel encourage les Canadiens à ramasser des déchets qui s’accumulent dans leurs collectivités. Depuis que Coca-Cola Canada participe à ce projet, des associés d’un océan à l’autre ont recueilli plus de 40 tonnes de déchets et nettoyé plus de 200 km de littoral.

Si les plastiques constituent une composante vitale de notre monde moderne, notre approche à leur égard doit changer, puisqu’elle n’est pas durable.

La Charte sur les plastiques dans les océans suggère d’adopter une nouvelle approche envers cette ressource en la considérant comme élément d’un cycle de vie continu. Ce n’est que par l’engagement et la collaboration que les gouvernements et les entreprises comme Coca-Cola peuvent espérer résoudre le problème des déchets plastiques marins.

« Chez Coca-Cola, nous nous soucions des océans et des voies navigables du monde ainsi que des ressources naturelles que nous partageons tous », a ajouté Bruce Karas. « Il est inacceptable que des emballages aboutissent au mauvais endroit et deviennent des déchets à ciel ouvert dans les communautés où nous vivons et travaillons ; la Charte sur les plastiques dans les océans constitue un grand pas en avant pour faire du problème mondial de l’emballage une chose du passé. »